Marcher, arpenter

Je marche, la marche est un mouvement toujours à la recherche d’un nouvel équilibre comme l’est mon propre travail : une esquisse en perpétuel devenir fragile et précaire comme l’homme qui marche.

Walkingbeijing est né de mon désir de rendre compte de marches faites  pendant les 2 mois de séjour à Beijing en 2011 et d’essayer de donner à voir les lieux par des parcours minutés et l’appareil photo de mon téléphone portable : Au jour le jour, minutes. Des rubriques autonomes sont apparues avec la récurrence de choses observées, indépendamment des lieux et maintenant la restitution de ces traces avec les tirages alternatifs : Goldy Beijing, Fragments .

J’aime cette obligation de jouer d’une focale toujours identique qui renforce mon regard de piéton et  me permet d’osciller dans un mouvement perpétuel de va et vient entre deux sujets : principalement les villes et les interstices, les lieux hors du temps ou promis à destruction, détails révélant pour moi la capacité de l’individu de résister dans ce monde globalisé.

chaussure de marche proposée par un enfant dans le cadre d’une intervention à la Western academy Beijing juin 2011